Articles

Livre d'histoires érotiques gay BDSM

Image
    → Disponible chez  Boystore ,  Agayn  (achat en ligne)  et chez   les Mots à la Bouche  (librairie et vente en ligne) → Disponible au format pdf ou epub sur patreon (lecture sur PC/tablette/smartphone/liseuse) On démarre avec deux nouvelles fantastiques dans un univers inspiré des comics: Testostérone : Le docteur Sirus travaille sur l'élaboration de produits destinés au dopage des sportifs. Son objectif: augmenter à la fois la force physique et la rage de vaincre (le reste n'était pas prévu...) Seul le vainqueur fécondera : Dans un futur où il naît de moins en moins de filles, le duel revient à la mode chez les jeunes mâles. Et sodomiser le perdant permet au vainqueur d'asseoir sa supériorité ! Ensuite une épopée en neuf épisodes avec des personnages fantasmatiques et solidement campés: Apprenti : Nathan adore le goût du pain frais. Tom, son boulanger, lui fera aimer celui de l'humiliation. Au fil du temps, il deviendra la marionnette

Testostérone

Image
Le docteur Sirus travaille sur l'élaboration de produits destinés au dopage des sportifs. Son objectif: augmenter à la fois la force physique et la rage de vaincre. C'est en tablant sur le physique et le mental qu'il pense pouvoir donner aux sportifs les moyens de battre des records du monde. Il travaille sur un procédé révolutionnaire puisque c'est un virus qui va améliorer les performances des sportifs. Indétectable donc, contrairement à l'injection d'un produit. Au moment où je vous parle, on peut le voir penché sur la cage qui abrite ses expérimentations. Au centre de la cage, ce que vous pourriez prendre pour un rat tellement l'animal est massif était, ce matin encore, une petite souris blanche, semblable à celles qui grignottent autour de lui. Il tourne rapidement sur lui-même, semble se fixer sur cette petite souris, son frère Dul, qui lui tourne le dos. Une détente des pattes arrières et le voici sur lui. Ses mouvements de bassin ne laissent pas

Brisé le stagiaire (1)

Image
Aujourd'hui, le stagiaire va devenir homo. C'est un mec plutôt mignon, pas très grand, environ 1m70. Son corps est fin mais tonique, il doit faire de l'aviron ou de la natation. Devon réalise son stage de Droit pour la fac dans mon cabinet. Il est là pour encore plusieurs semaines. Dès le début de la journée, je lui annonce que j'aurai besoin de lui tard pour classer un paquet de dossier. Pourquoi aujourd'hui ? Ma femme est partie ce matin pour un déplacement professionnel de trois jours. Je me souviens de sa démarche lorsqu'elle est partie attraper son taxi... difficile pour elle de masquer le fait que je l'avais honorée la nuit et le matin afin de satisfaire ses besoins pendant trois jours. Quant à mes besoins, j'étais sûr de trouver de quoi les assouvir. Et Devon serait le premier. Je sais qu'il a une copine. Probablement plus pour longtemps. Le début de soirée arrive bien vite. Plus personne au cabinet à part le stagi

Testostérone (2)

Image
Je regarde mon ami Sirus. Son visage est inondé du soleil qui brille. Une bonne idée de venir boire un verre en terrasse pour l'aider à faire le point. Je ne peux m'empêcher, comme le font ces applis pour smartphone, de l'affubler en pensée d'un groin de cochon. Mais je reprends vite mon sérieux, comme vous, la suite de son histoire m'intéresse. Comptez sur moi pour continuer de l'interroger et de tout vous dire: _ Il t'a donc sodomisé une deuxième fois ? _ Oui, mais la deuxième pénétration est totalement différente de la première. Aucune douleur, aucune résistance: à quatre pattes, je m'ouvre tout de suite en grand pour qu'il rentre facilement. Six centimètres de diamètre pourtant! A croire que mon cul est formaté pour lui. Fermement, il enfonce son pénis en moi et immédiatement un bien-être intérieur m'envahi. Ce n'est pas sa queue qui est en moi, c'est moi qui suis autour de sa queue. Il reste comme ça un peu, gros en moi, et je su

Apprenti (1) - Dépucelé

Image
J'aime le pain frais. Un plaisir que j'ai gardé de mon enfance. Commencer à manger le quignon du pain sur la route du retour est délicieux avec un petit goût d'interdit en plus, comme un plaisir volé. Aussi, je vais tous les matins acheter mon pain à la boulangerie en bas de chez moi. En semaine, je ne m'attarde pas pour ne pas être en retard au boulot, mais le samedi, je prends le temps de discuter avec le boulanger qui est vraiment cool. On parle de tout et de rien. Quand ma copine m'a largué il y a un an, c'est lui qui m'a soutenu. Je crois qu'il vit seul. En tous les cas, je n'ai jamais vu de boulangère. De temps en temps, il prend un apprenti. C'est étonnant, ils sont toujours super mignons ses apprentis ! Lui aussi est très attirant, il a un je-ne-sais-quoi dans le sourire qui doit faire fondre ces dames, j'en suis sûr. Il est bien en chair, avec ce côté rassurant des hommes qui ont du bedon. Je me suis souvent

Illustrations érotiques gays

Image
J'ai envie de partager avec vous le talent de Bearwaterfish qui est l'auteur de cette illustration fantastique où trois mecs sperment ensemble (l'image avec les trois bites en haut). Vous trouverez sur son site des illustrations, dessins, peintures homoérotiques: Fantasy, personnages d'inspiration Furry, des bites, des couilles, du foutre... Un univers qui regorge de mâles chauds comme la braise! https://bearwaterfish.wixsite.com/bearwaterfish

Ahmed et ma copine (1)

Image
  Certains de nos gestes trahissent, à notre insu, ce que nous pensons. Des choses que nous ressentons et souhaitons garder secrètes se trouvent, ainsi, dévoilées. J’ai emménagé ici il y a un mois avec ma copine et hier, en sortant de l’appartement, je vois Ahmed, notre nouveau voisin. C’est un grand gars, carré d’épaule, des poils bruns abondants sortent par le col de sa chemise. C’est lui qui fait le premier pas : — Bonjour — Bonjour — Je suis content de te voir, je vous ai vu avec ta copine, vous formez vraiment un beau couple, — Merci, ça me fait plaisir. Et disant cela, je me caresse la nuque presque langoureusement en le regardant. Son regard change alors, nous nous regardons longtemps et il sourit. Je regrette aussitôt ce geste, tente de reprendre le contrôle de la situation : — Et toi, tu es célibataire ? — Oui ma puce, euh, pardon, tu t’appelles comment ? Il s’est vite repris, mais, l’espace d’un instant, mon cœur s’est mis à battre à 100 à l’heure et je ne peux m’e